Je mets ma Féfé au régime

Quand on voit son chat tous les jours et qu’on ne contrôle pas tellement son poids, difficile de voir et d’admettre qu’il a grossi.
Pendant longtemps j’ai été persuadée que ma Féfé, malgré des rondeurs évidentes, avait un poids stable. Je n’envisageais pas de la mettre au régime, considérant qu’il valait mieux qu’elle soit un peu ronde et bien dans ses pattounes, plutôt que mince et complètement stressée par la frustration.

Et puis il a bien fallu que je me rende à l’évidence : de plus en plus de difficultés à faire sa toilette, des espaces en hauteur devenus trop difficiles à atteindre, une attitude de « Chat Potté obèse » (clin d’oeil à l’abonné Facebook qui m’a donné la référence, j’en ris encore !) quand elle s’allonge par terre, etc. Ça se voit, Féfé a besoin de maigrir.
J’ai pris ma balance pour en avoir le coeur net et le verdict ne s’est pas fait attendre : 6,9kg ! C’est beaucoup trop, il est grand temps d’agir !

J’ai fait des recherches, ai commencé à établir un plan d’action et je me suis dit que ça pourrait être intéressant de partager tout ça avec vous. C’est parti !

Avant de commencer, petit « disclaimer » : Je ne suis ni vétérinaire, ni nutritionniste, ni fabricante ou vendeuse de croquettes ou pâtées pour chats. Les conseils qui vont suivre résultent de mes expériences et recherches personnelles sur Internet, auprès d’amis, de clients, de personnes plus ou moins qualifiées dans le milieu animalier. Les solutions choisies et présentées ici sont adaptées à ma situation et mes animaux. Elles peuvent ne pas convenir à tout le monde. Gardez l’esprit critique, soyez à l’écoute de vos animaux, observez-les et, en cas de doute, prenez toujours conseil auprès d’un professionnel.

 

1/ Présentation de la bête !

Commençons par les présentations ! Fairview (c’est son vrai nom !) est née approximativement en mai 2010. Je suis devenue sa famille d’accueil en décembre de la même année après qu’elle ait été sortie de la rue avec sa fratrie. Je l’ai adoptée en milieu d’année 2011 après une première adoption ratée (je n’avais pas le coeur de la laisser partir une seconde fois !).

Féfé a tout d’un vrai chat. Sensible, indépendante, curieuse et timide à la fois face à la nouveauté. Son caractère et ses premières semaines de vie dehors auraient très certainement fait d’elle une bonne chatte d’extérieur. Malgré cela, elle a réussi à s’accommoder à mon petit appartement, surtout grâce à la présence de mon premier chat Danao, son amour de toujours (petite anecdote, lors de leur première rencontre, elle a accouru vers lui en ronronnant !). Je sais aujourd’hui, avec du recul, que ce sont les conséquences de cette vie captive (stress, ennui) et le manque d’enrichissement du milieu qui ont provoqué sa prise de poids excessive.

Après avoir fouiné dans mes archives, j’ai pu retracer sa courbe de poids depuis son arrivée à la maison :
– 2011 : 4,1kg en avril – 4,9kg en septembre
– 2013 : 5,8kg
– 2015 : 5,4kg (légère perte de poids avant le retrait de la plupart de ses dents qui étaient pourries. C’était aussi après un déménagement dans un appartement avec petit accès extérieur.)
– 2018 : 6,9kg sur mon pèse-personne personnel (en la tenant dans mes bras et en faisant la différence avec mon propre poids)
Et voilà ce que ça donne en image (cliquez pour agrandir) :

.

2/ Historique du régime alimentaire

Afin de comprendre comment on en est arrivé là, rapide petit historique du régime alimentaire observé depuis presque 8 ans.

Jusqu’en 2015 : croquettes premium uniquement
Mes chats ont toujours été nourris quasi exclusivement aux croquettes. On va pas se mentir, c’est une solution d’alimentation simple, très pratique et plutôt économique (surtout en achetant en grande quantité).
Ayant conscience qu’une alimentation de bonne qualité était importante pour leur santé, je me suis tournée vers des marques premium (principalement Royal Canin, mais aussi Hill’s, Pro Plan, Léonardo, Josera, etc.) dans leur gamme « light », « chat stérilisé » ou « nutrition vétérinaire ». J’alterne généralement les marques et gammes en fonction des offres ou promotions en cours avec une phase de transition pour éviter les soucis digestifs (de ce côté là je suis chanceuse, j’ai des chats qui aiment tout et s’adaptent bien aux changements d’alimentation).
Les croquettes ont longtemps été distribuées à volonté dans différents distributeurs ludiques (je vous renvoi à mon article sur le sujet).
En guise de friandise, quelques sachets ou boites achetés en supermarché sont offerts de temps en temps.

Depuis 2016 : ajout régulier d’aliments humides
En 2016, je fait évoluer le régime alimentaire en introduisant davantage d’alimentation humide.
Deux objectifs :
– apporter un supplément d’eau pour le bon fonctionnement des reins.
C’est un organe fragile chez les chats et le fait qu’ils soient de petits buveurs n’arrange pas les choses.
– limiter la consommation de croquettes.
Contrairement à une idée répandue et souvent entendue chez mes clients (« Minou a grossi donc on a arrêté les sachets »), les pâtées et autres aliments frais sont pour la plupart moins gras que les croquettes. Remplacer une partie de la ration quotidienne de croquettes par de la pâtée permettrait donc de limiter la prise de poids. A condition de bien choisir des aliments de qualité. Une meilleure assimilation des nutriments par l’organisme assure une meilleure satiété, ce qui, en théorie, permet in fine au chat de moins gloutonner ses croquettes.
Les marques choisies : Almo, Applaws, Cosma, Feringa, Léonardo, Mac’s, Porta 21, Schesir, Smilla. Distribution d’environ 50g par chat par jour (avec de nombreux oublis).
C’est aussi à ce moment que je me suis dirigée vers des croquettes contenant plus de protéines et moins de céréales (Virbac HPM Neutered Cat). Distribution toujours à volonté pour Danao dans son Pipolino, et début de rationnement pour Féfé avec une dose d’environ 60g dans l’un des autres distributeurs.

.

3/ Observations et pistes de réflexion

Depuis cette année, travaillant essentiellement à mon compte, je passe beaucoup de temps chez moi, surtout en basse saison. Ça m’a permis de mieux me rendre compte du comportement général et alimentaire de mes chats.
Je savais depuis longtemps que Féfé dormait moins que Danao dans la journée. Ce que je ne savais pas par contre, c’est qu’elle employait ce temps libre à manger !
J’ai découvert, au bout de 8 ans, qu’elle savait utiliser le Pipolino alors que jusqu’à présent je l’avais toujours vu attendre que Danao fasse tomber les croquettes pour lui piquer. Le rationnement dans un seul distributeur était donc très insuffisant pour limiter sa prise de poids.
Le constat est simple : Féfé s’ennuie donc elle mange. Beaucoup. Trop. En plus elle est un peu feignante donc elle choisi toujours la facilité pour obtenir sa nourriture.

Pour améliorer son bien-être et l’aider à perdre du poids, il faudra donc agir sur deux axes principaux :
– contrôler davantage sa ration quotidienne de nourriture.
– lui proposer des activités intellectuelles et physiques pour limiter son ennui et la faire bouger !

Alimentation
Concernant l’alimentation, le rationnement strict me pose problème, car Féfé n’est pas seule à la maison et que mettre tout le monde au régime me parait vraiment compliqué, surtout sur mes périodes de forte activité où je suis peu à la maison. L’idéal serait donc de trouver un moyen qu’elle se régule tout seule (c’est beau de rêver je sais !).
Pour cela, plusieurs idées :
– augmenter l’effet de satiété de ses aliments. Si elle est plus vite rassasiée, elle mangera forcement moins.
– augmenter la difficulté d’accès à la nourriture. Si ça demande trop d’efforts, elle hésitera peut-être à manger plus que nécessaire.
Pour la satiété j’avais déjà testé les courgettes mais sans vraiment de succès. Féfé ne les mange pas, même mélangées dans de la pâtée.
J’ai donc cherché du côté de la nourriture humide et suis tombée sur le site Diététichat, et notamment l’article sur la bi-nutrition qui m’a donné des détails précis sur la façon dont je pouvais nourrir mes chats. Je vous invite vraiment à aller y jeter un oeil, c’est écrit par une vétérinaire qui a suivi une spécialisation en diététique canine et féline. L’avantage c’est qu’elle donne des indications précises sur la qualité et la quantité à distribuer et c’était vraiment les infos qui me manquaient. Je vais donc m’inspirer de ses conseils pour le régime de ma Féfé.

Activités physiques
Un bon régime ne peut se faire sans un minimum d’activité physique. En appartement ça parait difficile de mettre son chat au sport, mais il suffit parfois d’être un peu créatif pour trouver des solutions. Mes nombreux clients sont une véritable source d’inspiration et j’ai ainsi pu noter plusieurs idées intéressantes :
– mettre les gamelles en hauteur (plan de travail, bibliothèque, étagères murales, etc.)
– répartir la ration quotidienne dans différents endroits du territoire. Eventuellement changer les emplacements de temps en temps pour inciter la chat à chercher.
– mettre des obstacles devant chaque porte obligeant le chat à sauter s’il veut changer de pièce.
A cela on peut évidement ajouter des séances de jeux permettant au chat de bouger tout en limitant son ennui.

.

4/ Objectif et plan d’action

A la suite de ce petit bilan, il est désormais temps de passer à l’action.

Première étape : fixer un objectif
Pour Féfé : descendre idéalement à 5kg (soit 1,9kg à perdre)
J’envisage une perte progressive de 100g par mois environ, ce qui me semble raisonnable.
Pour Danao : maintenir son poids de forme de 5,6kg. Comme le régime sera collectif, le poids de Danao sera surveillé également.

Deuxième étape : définir les moyens pour y parvenir
Pour la nourriture :
100g de pâtée premium par jour, mélangées à 2-3 cuillères à soupe d’eau (avantages : plus d’eau et meilleur effet de satiété).
30 à 40g de croquettes par jour, réparties dans les différents distributeurs ludiques (pour équilibrer le budget il pourra s’agir de marques un peu moins chères que ce que je prends d’habitude, tout en essayant au maximum de rester sur du premium).
Pour l’activité physique :
– augmentation de la difficulté d’accès aux croquettes (en hauteur, répartis à divers endroits, pipolino en mode ultra difficile, etc).
– des obstacles à sauter devant chaque porte.

J’ai acheté tout un stock de pâtées et ai sorti ma balance de cuisine pour peser les croquettes. Tout est donc prêt pour démarrer.
Afin de contrôler l’état de santé de mes chats et vérifier qu’il n’y a pas de contre-indications à ce nouveau régime, une visite chez le vétérinaire est prévue d’ici fin novembre.
Je prévois aussi de fabriquer de jolis obstacles en bois pour remplacer les morceaux de carton un peu moches que j’ai mis pour l’instant.
Je donnerai des nouvelles de temps en temps sur Facebook et reviendrai dans quelques mois pour vous faire un premier bilan complet.

Alors ? Qu’en pensez-vous ?

Categories : Conseils pratiques

1 commentaire

  • Sandra

    L alimentation humide avec de l eau rajoutée c’est ce que je pratique depuis des mois Depuis Gyspsy est stable à 6 kg. Tu n’es pas sans l’avoir connu à plus de 8 kg. Bon courage à toutes les deux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.